ConcertoNet

Fri 26 Sep 2014

Orchestre de la Monnaie, Bruxelles - "Comment réunir Goethe et Rilke"

«Et quelle magnifique acoustique que celle du Studio 4, dont la dimension et les matériaux assurent le confort d’écoute et l’intimisme – l’Orchestre de la Monnaie s’y produira d’ailleurs souvent cette saison. Cela permet d’apprécier tout particulièrement le travail de fond effectué par Daniel Kawka (...). Le chef règle rigoureusement la mise en place et veille constamment à l’équilibre entre les forces en présence. Dans Le Cornette et, plus encore, La Première Nuit de Walpurgis, l’orchestre, qui n’affiche pas toujours autant de tenue et de plénitude dans la fosse, restitue les couleurs romantiques et fantastiques avec un sens de l’évocation certain. Ce chef ne l’avait jamais dirigé auparavant : Peter de Caluwe peut lui confier la direction d’une prochaine production d’opéra le cœur tranquille.»

Télérama

Mon 31 Mar 2014

Pelléas et Mèlisande a Nantes

Un  autre artiste authentique, dans la fosse : Daniel Kawka, qui, avec la simplicité et la modestie des très grands, dirige un orchestre des Pays de la Loire en excellente forme, homogène, chauffé à blanc. La mer qui bat les côtes du royaume d’Allemonde n’est pas celle des aquarelles normandes de Boudin, ou des marines mauves de Monet à Etretat. C’est l’océan sauvage au large d’Ouessant, ses ressacs sombres et sa houle farouche.   Avec un instinct très sûr de la progression du temps, Daniel Kawka ménage des tempi fatidiques, et à chaque moment-clé, un silence stratégique – « cet agent d’expression qui est peut-être la seule façon de faire valoir l’émotion », comme le recommandait Debussy. Qui déplorait par ailleurs « l’orchestre-cocktail, un composé genre boisson américaine, où l’on mélange dix-huit produits, tous les goûts particuliers disparaissent ». A Nantes, la saveur pure du pupitre de bassons, qui projette sur l’opéra une pénombre de sous-bois, ou les pizzicati corsés des contrebasses, l’auraient réjoui.

Télérama

Wed 16 Oct 2013

Wagner Ring in Dijon - Un impressionnisme solaire

Quand la musique du Ring parait trainer en longueur, ce n'est pas Wagner qui s'essouffle, mais le chef qui s'enlise. Rien à craindre avec Daniel Kawka dont l'interprétation de Tristan en 2009 a prouvé qu'il était un wagnérien de la trempe des Clemens Kraus d'antan ou des Boulez d'aujourd'hui, attentif à l'allant constant du discours comme à l'intimisme chambriste de nombreux dialogues entre deux personnages. Son Ring délesté chante dans l'esprit élégiaque du lied......
read »»

ConcertClassic.com

Tue 19 Apr 2016

World premiere of "Maria Republica" by François Paris in Nantes

Danse la fosse, Daniel Kawka, à la tête de son Ensemble Orchestral Contemporain, fait éclater avec clarté et précision la musique irradiante de François Paris. Il est pour beaucoup dans la révélation de cette œuvre magistrale.
...
read »»

Crescendo

Fri 26 Sep 2014

Orchestre de La Monnaie, Bruxelles - Musique et guerre

«Magnifique concert au Studio 4 de Flagey, ce superbe bâtiment, terminé en 1938, que les Bruxellois appellent familièrement « le paquebot », et qui abritait l’INR, l’ancêtre de la RTBF actuelle. C’est toujours un plaisir que d’assister à un concert dans ce qui est considéré comme la salle à la meilleure acoustique du Royaume. Et ce fut, de fait, un concert mémorable, auquel assista un public passionné et concerné (…) Tout directeur de l’Ensemble Orchestral Contemporain qu’il soit, Daniel Kawka dirige admirablement un  répertoire plus « ancien », et le concert, où l’orchestre de La Monnaie s’est couvert de gloire (les cors ! les flûtes !) s’est achevé en apothéose.»

 

Forumopéra.com

Fri 26 Sep 2014

Orchestre de la Monnaie, Bruxelles - Felix le diabolique

« (...) ....mais comment résister au déchaînement des passions provoqué par cette baguette ? Comment rester avec son tableau noir, à marquer les fautes à la craie, alors que le chef  soulève les masses dont il dispose avec un tel enthousiasme, une telle ferveur ? Le sol tremble sous les pieds des spectateurs, et bien des cœurs ont chaviré pour cette bouillante partition.»

Classiquenews

Thu 27 Mar 2014

Pelléas et Mèlisande a Nantes

A cela s’invite l’éloquence millimétrée de l’orchestre qui sous la direction souple, évocatrice, précise de Daniel Kawka diffuse un sensualisme irrésistible mis au diapason des innombrables images et références marines du livret. C’est peu dire que le chef, immense wagnérien et malhérien, élégantissime, nuancé, aborde la partition avec une économie, une mesure boulézienne, sachant aussi éclairer avec une clarté exceptionnelle la continuité organique d’une texture orchestrale finement tressée (imbrication des thèmes, révélée ; accents instrumentaux, filigranés : bassons pour Golaud, hautbois et flûtes amoureux pour Mélisande et Pelléas…, sans omettre de somptueuses vagues de cordes au coloris parfois tristanesque : un régal). ...
read »»

Classic News

Sat 20 Jun 2009

Daniel Kawka dirige "Tristan und Isolde"

"Nella fossa, i musicisti riuniti sotto la bacchetta di Daniel Kawka dispiegano una sonorità coerente, indiscutibilmente convincente: lavoro sulla trasparenza e la motricità delle corde, rilievo sensuale dei legni (oboe, fagotti, clarinetti), opulenza ghiotta e talvolta sarcastica degli ottoni: nessun dubbio, il conduttore, altrove il direttore dell’Ensemble Orchestral Contemporain, conosce il suo Wagner. Da innamorato dello spartito, egli porta un gesto generoso, profondo, intensamente lirico, che in modo particolare nell’atto della notte (quello dell’accecamento degli amanti prima di essere dati da Melot), è capace di avvamparsi sino alla febbre, ottenendo dai propri musicisti un tappeto sonoro superbo: nulla di meglio per innalzare l’effetto magico visivo di quanto si svolge sulla scena:  un susseguirsi di diverse vedute di una stessa camera, a rappresentare gli stati di trance e di metamorfosi emotiva vissuti dalla magnifica coppia. Proporzionata alle dismisure del quadro, l’entità dei musicisti richiesti oltrepassa talvolta la fossa e sommerge in qualche punto i cantanti, ma l’unità e la tensione poetica, che il conduttore molto ispirato riesce a far raggiungere ai suoi interpreti, si rivelano vincenti. Non si sentiva da molto tempo un Tristano così sensuale ed elettrico, tra estasi, abbandono, tenerezza, amarezza. La violenza radicale rispetto all’opera appare ancora più esplicita: Tristano, opera tragica e languida? Non proprio nella visione di Daniel Kawka: si tratta piuttosto di una scarica permanente ed elettrica di energia e di inni estatici. Tristano così come Isotta appaiono determinati, tesi verso la morte, intesa come unica via di liberazione e di superamento. (...) 

Così  finisce, nel 2009, il viaggio della produzione mitica firmata Olivier Py (che segna anche la fine della stagione lirica dell’Opera di Digione). La tappa digionese ha confermato la sicurezza scintillante e anche elettrizzata (II) del direttore Daniel Kawka il cui lavoro prosegue ora con il Crepuscolo degli Dei ed alcune opere di Richard Strauss. Tristano, Brangäne, Marke hanno costituito una triade miracolosa portata dal brio superlativo dell’orchestra riunita (Camerata de Bourgogne e Orchestre de Dijon). (...)
Comunque sia, è stata data la prova che le migliori produzioni passano anche dalla provincia. Ci vorranno ancora diversi anni per vedere questo spettacolo straordinario a Parigi. La nuova stagione 2009-2010 dell’Opera di Digione promette sorprese e scoperte di cui classiquenews si farà presto eco. 

Resmusica

Sat 20 Jun 2009

Daniel Kawka interpreta il "Tristan und Isolde" di Wagner

Daniel Kawka ha svolto un lavoro magnifico con l’orchestra di Digione. Lo spartito complesso dà la sensazione di essere sotto perfetta padronanza: i leitmotiv sorgono con efficacia, i piani sonori sono abilmente differenziati, i preludi del primo e terzo atto ci calano nell’atmosfera voluta, soprattutto quello del terzo che echeggia superbamente il leitmotiv della solitudine; l’assolo per il corno inglese rilancia questa sensazione in modo angosciante. Alcuni ballerini di capoeira aggiungono dinamismo a questo ambiente un pò soffocante. ...
read »»

Midi Libre

Mon 31 Mar 2008

L'Orchestre entre vélo et 35 tonnes

Le chef sait, dans le Mendelssohn, tenir l'Orchestre dans une élégante discrétion...Il faut admirer cette construction cyclopéenne et la façon dont l'Orchestre et Daniel Kawka l'ont dressée. Ovations. Enthousiasme. ...
read »»

La Tribune

Sat 20 Jan 2007

J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne.

Le tout est dirigé par Daniel Kawka, dont le souci particulier de précision et d'invention dans la découverte sonore qui a tant séduit Lenot est effectivement remarquable....
read »»

Mon 1 Jan 2007

Recensione concerto al Festival Berlioz 2007.

Daniel Kawka ha tradotto, attraverso i suoi musicisti, il genio del giovane Richard Strauss pensando al dettaglio e all’insieme, in un’interpretazione sconvolgente per l’alternanza di tenerezza e fulmineità....
read »»

Kultura (Mosca)

Thu 30 Nov 2006

Le point culminant du Festival

Le conert symphonique avec la partecipation de l'Orchestre National Philarmonique de Russie sous la direction de Daniel Kawka a été le point culminant du Festival....
read »»

La Repubblica

Tue 24 Jan 2006

Daniel Kawka dirige 'Rendering' da stasera in tour

Dalla musica contemporanea mi piace tirar fuori passioni e sentimenti'. In un certo senso batte in me un cuore latino, malgrado le mie forti radici polacche.......
read »»